Conseils techniques | Comment choisir ses piolets d'alpinisme ?

Vus : 2741
1
03/03/2023
Comment choisir ses piolets d'alpinisme ?

Si les sommets et les cascades de glace vous appellent et que vous vous lancez dans l’aventure de l’alpinisme, vous êtes sûrement à la recherche, entre autres, d’un piolet. Comme pour choisir vos chaussures de running ou votre sac à dos de randonnée, le choix du piolet n’est pas anodin et nécessite quelques connaissances. Pour le reste de l’équipement d’alpinisme, nous vous conseillons la lecture de nos articles "Alpinisme : comment bien s'équiper pour débuter ?" ou "Comment choisir son sac à dos d'alpinisme ?", et pour le piolet, vous êtes au bon endroit, les Tontons vous expliquent tout !

 

Les différentes parties qui composent le piolet

Le piolet se compose de différents éléments ayant tous leur fonction. Pour la plupart, les pièces sont remplaçables en achetant simplement la pièce à changer.

La tête : en toute logique, la tête constitue toute la partie haute du piolet. Elle comprend l’ensemble lame-panne. Vous pouvez vous en servir pour vous appuyer dessus lors de passages difficiles.

La lame : la lame compose la tête du piolet. Il s’agit de la partie tranchante à l’avant, servant à vous ancrer dans la glace, la neige ou la roche pour vous permettre de vous hisser. Fabriquée en acier la plupart du temps, certains modèles sont conçus en aluminium pour plus de légèreté. En acier, la lame résiste mieux à l’usure et profite d’une meilleure inertie pour s’ancrer mais est plus lourde. A l’inverse, une lame en aluminium est plus légère mais est plus fragile et s’ancre plus difficilement. La forme de la lame peut également différer selon les modèles. On trouve des lames fines et biseautées qui s’ancrent et de désancrent facilement et des lames plus larges et moins agressives pour s’ancrer principalement dans la neige.

La panne : c’est la partie opposée à la lame, sur la tête du piolet. Cette partie vous permet de creuser des marches ou des prises dans la glace, ou de dégager des passages glacés ou enneigés.

Le marteau : le marteau situe au même endroit que la panne. On choisit le piolet avec marteau OU avec panne selon l’utilisation prévue. Le marteau sert à planter des pitons pour sécuriser la voie d’escalade.

Le manche : c’est la partie que vous tenez dans votre main, conçu en aluminium ou en carbone. Là encore, on note des différences poussant à faire un compromis entre résistance, poids et prix ! L’aluminium est peu onéreux, léger, mais un peu moins résistant, tandis que le carbone est très léger, très résistant, mais plus cher, c’est à vous de voir ! Par ailleurs, le manche peut être droit ou incurvé, selon votre pratique, les manches incurvées offrant plus de prise. Il mesure entre 50 et 80 cm, les piolets les plus longs étant plutôt destinés aux pratiques les moins techniques telles que la randonnée glaciaire. Enfin, certains piolets intègrent une zone de grip, très utile, toujours selon votre pratique.

La pique : la pique se situe à l’extrémité basse du piolet, tout au bout du manche. Elle n’est pas présente sur tous les piolets, mais vous sert à vous appuyer sur le piolet ou à l’utiliser comme un bâton, en la plantant fermement dans la neige ou la glace.

 

Normes sur les piolets : certifications T et B, ou 1 et 2

Les piolets doivent répondre à des normes strictes pour être commercialisés en France, et posséder des certifications précises. Ces normes, EN 13089 et UIAA152, garantissent la fiabilité du piolet et assurent votre sécurité. Elles mesurent la résistance en kN du manche, de la lame et de la jonction entre les deux. Avant tout achat, il est donc important de bien repérer la présence de ces certifications sur votre piolet.

Ces normes permettent ainsi de classer les piolets selon deux catégories : type B (basique) et type T (technique), ou plus récemment type 1 et type 2.

Type T ou 2 : les piolets de type "technique" ou 2 sont les piolets les plus résistants. Le manche, la lame et la jonction sont capables de supporter les plus grosses charges en kN, sans casser. La lame est épaisse et destinée à un usage intensif, en cascade de glace ou alpinisme technique.

Type B ou 1 : les piolets de type "basique" ou 1 sont moins résistants que les piolets de type 2. La lame est plus fine, ils sont plus légers et sont destinés à une utilisation peu intensive, plutôt en randonnée glaciaire.

 

Choisir son piolet selon la pratique

Comme dans toutes les disciplines, le choix du matériel se fait souvent, en partie, en fonction du niveau et de la pratique. Ici, pour choisir son piolet, c’est la même chose ! Vous devez d’abord définir votre type de pratique, et ainsi en déduire le type de piolet dont vous aurez besoin.

Pour la randonnée glaciaire

Pour la randonnée glaciaire peu technique, vous rencontrerez principalement de la neige, votre piolet vous servira essentiellement comme d’un bâton ou d’un simple appui. Il vous servira également à arrêter une chute éventuelle ou une glissade.

Nous vous conseillons donc de privilégier un piolet léger et droit, plutôt long pour l’utiliser comme bâton, avec une panne pour pouvoir tailler vos marches dans la neige, et une lame en acier avec des dents peu agressives pour éviter les blessures. Vous pouvez définir la taille de votre piolet en tenant la tête et en le plaçant, bras tendu, le long de votre jambe. Si sa pique atteint votre cheville, c’est la bonne taille !

Découvrez par exemple le piolet Glacier 68cm Petzl disponible sur le site Tonton Outdoor

 

Pour l'alpinisme technique

En alpinisme technique, vous évoluerez sur des terrains plus techniques, avec différents types de neiges et de glaces, et aurez besoin d’un piolet polyvalent. Pour vous ancrer, pour creuser et façonner, pour la traction ou pour vous hisser, c’est un véritable outil tout-terrain !

Ici, nous vous conseillons un piolet robuste, avec tête en acier et manche en aluminium. Il sera un peu plus lourd mais présentera une résistance plus importante, avec une lame relativement fine et affûtée. Nous conseillons une taille située entre 50 et 70 cm, pour une bonne inertie. Certains modèles présentent une zone de grip sur le manche qui peut être intéressante dans ces conditions.

Découvrez par exemple le piolet Summit Evo Petzl disponible sur le site Tonton Outdoor !

 

Pour le ski-alpinisme

Pour le ski alpinisme, vous aurez parfois besoin de vous servir de votre piolet, il est donc important qu’il convienne à la pratique du ski. Ici, la légèreté est de mise puisque votre piolet ne constituera pas l’élément majeur de votre pratique, mais plutôt une aide éventuelle. Préférez-le, donc, avec un manche droit et plutôt court (environ 55 cm et 300g ou 350g) pour ne pas vous encombrer, et en aluminium.

Découvrez par exemple le piolet Ride Petzl disponible sur le site Tonton Outdoor !

 

Pour la cascade de glace

Enfin, pour la cascade de glace, les besoins sont bien plus techniques. Vous évoluez sur des pentes raides et sur glace. Ici, les piolets s’utilisent par paire et sont une sorte d’extension de vos mains ! Privilégiez donc un piolet très incurvé et court, d’environ 50 cm et 500g, avec une poignée ergonomique permettant une bonne prise en main et une frappe optimale. L’ancrage et le désancrage doivent se faire rapidement grâce à une lame robuste et très affûtée. La lame est d’ailleurs la plupart du temps interchangeable afin de pallier l’usure et s’adapter aux différentes glaces rencontrées. 

Découvrez par exemple le piolet Quark Panne Petzl disponible chez Tonton Outdoor !

 

Les petits plus des Tontons 

Pour vous faciliter la vie ou sécuriser un maximum votre pratique, vous pouvez opter pour des accessoires supplémentaires. 

L'ergot

Sur les piolets ne possédant pas de poignée, il est possible d’installer un ergot. Il s’agit d’une petite pièce, amovible, placée sur le manche et permettant de placer vos doigts pour ajuster leur appui et améliorer la précision de votre frappe.

 

Les masselottes

Les masselottes sont des petites pièces amovibles à fixer sur la lame de votre piolet, notamment en cascade de glace. Elles permettent d’apporter plus de poids sur la lame et donc d’augmenter l’inertie et la force de frappe. Les ancrages sont ainsi plus précis.

 

La dragonne ou le leash

Pour apporter un maximum de sécurité et ne pas perdre votre piolet en pleine course, il est possible de vous équiper d’une dragonne ou d’un leash. La dragonne est une sangle qui relie tout simplement votre piolet à votre poignet, mais elle sera néanmoins peu pratique si vous devez changer de main à votre piolet. Le leash, quant à lui, est une sangle qui relie votre piolet à votre baudrier par un mousqueton, il sera donc plus aisé de changer de main si nécessaire.

 

 

L'entretien du piolet

Votre piolet, tout comme vos autres équipements de sécurité, nécessite un entretien régulier. Il est important et nécessaire de contrôler la conformité de votre piolet et donc de vous assurer que tous ses composants sont en bon état, et ce, après chaque sortie. Si le manche ou la lame sont tordus ou fissurés, n’essayez pas de les redresser, vous risqueriez de les casser ou de les fragiliser. Au moindre doute, n’hésitez pas et remplacez la pièce en vous assurant qu’elle soit bien compatible avec votre modèle.

Vous pouvez également affûter légèrement votre lame pour garder un bon ancrage. Après chaque sortie, séchez bien votre piolet et stockez-le dans un endroit sec pour éviter qu’il ne s’abîme.

Plus vous prendrez soin de votre piolet, plus longtemps il vous suivra dans vos aventures !

 

Si cet article vous a été utile, n'hésitez pas à nous le faire savoir ! D'ici là, nous vous donnons rendez-vous en magasin pour découvrir toute la sélection de piolets et équipements d'alpinisme disponibles, ou sur le site Tonton Outdoor, pour vous accompagner et vous aider à vous équiper pour votre prochaine course


  • Partagez :