Conseils techniques | Comment bien choisir ses pointes d'athlétisme ?

Vus : 1928
2
28/02/2022
Comment bien choisir ses pointes d'athlétisme ?

Tout d’abord, quelle est la différence entre les trois types de chaussures de sport mentionnées dans le titre de cet article de blog ? Aucune. Entre une chaussure d’athlétisme, une chaussure de piste ou des chaussures à pointes, en réalité, nous parlons bien de la même chose : des chaussures conçues pour la pratique de l’athlétisme et les compétitions de sprint, de saut, de demi-fond et de cross

Vous êtes au bon endroit si : Vous êtes novices et vous débutez l’athlétisme. Vous courez depuis des années et vous vous préparez votre saison sur piste. Vous êtes adepte de la course à pied et vous vous lancez pour la première fois dans une compétition de demi-fond. Vous cherchez des réponses aux questions suivantes :


Qu’est ce qu’une chaussure d’athlétisme ?

Depuis quand utilise-t-on des pointes en athlé ? 

A quoi servent les pointes d’athlétisme ? 

Comment se compose une chaussure d’athlétisme ? 

Quelles pointes choisir pour quelles disciplines ?

 

Qu’est ce qu’une chaussure d’athlétisme ? 

Une chaussure d'athlétisme, comme son nom l’indique, est conçue pour la pratique de l’athlétisme, aussi appelée “athlé” par les pratiquants et athlètes. Cela inclut le sprint, les courses de demi-fond, le saut, le lancer et le cross. Dans chacune de ces disciplines, il est nécessaire de porter une chaussure de sport adaptée. Cette chaussure possède une semelle rigide, composée de 3 à 9 trous moulés, permettant de visser des pointes. A la différence des crampons de rugby ou de football, les pointes d’athlétisme se fixent à la semelle à l’aide d’une clef. Ces pointes, la plupart du temps en acier, peuvent prendre la forme d'aiguilles ou, le plus souvent, de petites pyramides. La taille des pointes varient selon la discipline concernée. Elles peuvent mesurer 4 mm, 6 mm, 9 mm, 12 mm, 15 mm et 17 mm. Plus une pointe est longue, plus elle sera utilisée sur des terrains boueux et glissants. On reviendra sur ce point un peu plus tard dans cet article.

 

Depuis quand utilise-t-on des pointes en athlé ? 

Les pointes d'athlétisme sont nées au cours du xixe siècle et plus précisément en 1890 au Royaume-Uni, à Bolton exactement. Inventées par le fondateur de la marque Reebok, Joseph William Foster, elles ont vu le jour après la création de la chaussure de golfe. Joseph WF, passionné de souliers à tout d’abord confectionné une paire pour son propre usage, avant de distribuer ses chaussures à pointes à ses amis, puis à ses connaissances puis dans le monde entier. En 1924, les Jeux Olympiques d’été, qui avaient lieu à Paris, ont vu des athlètes participer avec des Reebok aux pieds.

Pour la petite histoire, Reebok signifie “Gazelle” en Afrique du Sud. En rapport à la vitesse que nécessite cette discipline et surtout, à l’explosivité dont elle fait preuve.

 

A quoi servent les pointes d’athlétisme ? 

Les pointes sont très importantes dans la pratique de l’athlétisme, toutes activités - mentionnées précédemment - confondues. Elles permettent de courir rapidement (ou plutôt, très rapidement), sans contrainte de poids. Ultra légères et minimalistes, les chaussures à pointes sont très souvent les chaussures de sport les plus légères du marché. Ne nécessitant aucun élément superflus, elles comportent un amorti très réduit. Grâce à leur semelle rigide composée de pointes, elles améliorent l’adhérence des athlètes et les aident à se propulser vers l’avant. Dans la pratique du cross, les pointes d’athlétisme sont d’autant plus importantes, car elles empêchent les crossmen et crosswomen de glisser et accompagnent leur foulée, souvent peinée sur des terrains humides, boueux et glissants. 

 

Comment se compose une chaussure d’athlétisme ? 

Une chaussure d’athlétisme est très minimaliste. Elle possède le minimum assurant aux athlètes adhérence, maintien et performance. 

Zoom sur la conception d’une chaussure d’athlétisme :


  • - Le mesh : Ultra léger et aéré, il offre une ventilation maximale de votre pied au cours de vos efforts, même les plus intenses. 
    - La languette : Fine et minimaliste, elle est perforée et permet de protéger votre coup de pied des frottements éventuels avec vos lacets. 
    - Les lacets : Ils sont classiques, voire plus fins que ceux présents sur les chaussures de running. Ils sont conçus pour un laçage parfait et un maintien optimal de votre pied dans la chaussure, même à très haute intensité. 
    - La semelle intérieure : La semelle dite “de propreté”, est thermocollée, à la différence des paires de chaussures de course à pied ou de trail running, qui se retirent facilement pour les remplacer par des semelles orthopédiques ou pour les nettoyer. Cela évite qu’elles ne se déplacent, ne gondolent ou ne se déchirent lors de vos compétitions ou entraînements sur piste. 
    - La semelle intermédiaire : Souvent très minimaliste et très peu amortissante, elle est plus ou moins présente sur certains modèles, pour apporter une protection minimale à votre foulée. Généralement, la semelle intermédiaire fait office de semelle extérieure. Sur les pointes “next gen”, la mousse est plus dense pour un meilleur retour d’énergie. Par exemple, on retrouve le Lightstrike Pro chez Adidas
    - La plaque rigide : Associée à la semelle intermédiaire, la plaque rigide ajoutée sous la chaussure, permet de fixer des pointes et de protéger un minimum la semelle intermédiaire. Sur certains modèles, notamment les modèles dernières générations, la plaque rigide est remplacée par une plaque carbone, faisant le job à sa place (et plus encore).
    - Les trous pour pointes : Sur la plaque rigide, la présence de trous (entre 3 et 9 trous selon les modèles) permet de visser des pointes en acier, indispensables pour la pratique de l’athlétisme !

 


Quelles pointes choisir pour quelles disciplines ?

Selon, si vous pratiquez le sprint, le demi-fond, le saut, le lancer ou le cross, votre choix ne se portera pas sur la même taille de pointes, ni le même modèle de chaussures. Effectivement, pour la piste, les chaussures d’athlétisme sont plus légères et possèdent des pointes plus courtes alors que sur les chaussures de cross, elles sont plus longues et leur poids est supérieur. 


Des pointes pour le sprint et le saut de haies : 

La particularité des chaussures de sprint est leur semelle très rigide. Pourquoi ? Tout simplement parce que le sprint nécessite une grande précision au niveau de la pose de votre pied et une foulée sans faux pas pour performer. Sans amorti et sans superflu, la chaussure de sprint est la plus minimaliste qui existe. La plaque rigide qui fait office de semelle, est relevée à l’avant et plus fine à l’arrière, permettant ainsi à votre pied un mouvement de bascule propice à l’explosivité de votre foulée.

Les pointes qui conviennent à cette pratique sont de 6 mm ou de 7 mm, selon vos préférences d’adhérence. 


Des pointes pour le demi-fond et le steeple : 

Légères et dynamiques, la chaussures de demi-fond est adaptée à des compétitions de 800 m comme du 3 000 m ou de 10 000m. Fine au niveau de la semelle, plus souple au niveau de sa plaque (qui peut être en carbone sur certains modèles) et plus amortie au niveau du talon, les pointes de demi-fond et de steeple favorisent l’explosivité de votre foulée et la performance sur la piste, que ce soit sur du 800 m, du 1500 m ou du 10 000 m.

En termes de pointes, vous pouvez utiliser les mêmes que sur les modèles de sprint, à savoir des pointes de 6 mm ou 7 mm. 

 

Des pointes de sauts et saut à la perche : 

Les chaussures conçues pour le saut en longueur et le saut en hauteur doivent allier à la fois la souplesse d’une chaussure de demi-fond et la rigidité d’une chaussure de sprint. Pour le saut en longueur, la semelle incurvée favorise le balancement du pied vers l’avant, maximisant ainsi vos performances d'atterrissage. Vous pouvez également utiliser des pointes de sprint. Pour le saut à la perche et triple saut, les chaussures doivent posséder des pointes au niveau des talons. L’amorti est légèrement supérieur à celui présent sur les pointes de saut en longueur. Pour les deux disciplines : saut à la perche et triples sauts, les pointes sont les mêmes. 


Des pointes de cross : 

Le cross, une discipline de l’athlétisme qui a lieu l'hiver, se pratique à l'origine avec une paire de pointes spécifiquement adaptée. C’était notamment, des chaussures avec plus d’accroche au niveau de la semelle, plus d’amorti au niveau du talon et également un poids supérieur aux pointes de piste. Aujourd’hui, les athlètes en recherche de performance utilisent leur pointe de demi-fond sur les cross, en adaptant les pointes en acier au terrain. 

Si le terrain est plutôt sec, des pointes de 9 mm suffisent amplement. En revanche, si le terrain est littéralement un “bain de boue”, il vaut mieux privilégier des pointes de 15 mm, pour bénéficier d’une accroche optimale. Pour un terrain humide et glissant, les pointes de 12 mm font parfaitement l’affaire. 


Des pointes de lancer : 

Pour le lancer en athlétisme, les chaussures portées doivent être stables pour vous permettre un ancrage solide. Le but étant de lancer, sans céder au poids de votre mouvement. Vos chaussures contribueront à ce que votre lancer soit le plus juste possible, sans déséquilibre ni basculement, c’est pourquoi votre choix est important.

Pour le lancer de Javelot, les pointes sont présentes à l’avant et à l’arrière. 

Pour le lancer de poids, les chaussures sont sans pointes et permettent une bonne rotation de vos chevilles, de votre corps, pour des performances de lancer optimales !

 

Si cet article vous à intéressé, vous à apporter des informations importantes, découvrez dès maintenant nos meilleurs modèles de chaussures à pointes pour la pratique de l’athlétisme


  • Partagez :